Google PlusFacebookTwitter

kdump-tools et kdump-install, par l’exemple…

By on Fév 10, 2013 in Linux, Outils | 0 comments

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

Il n’y a rien de plus facile !

Dans un précédent article je parlais de l’utilisation de Kdump sous Debian, aujourd’hui je vais passer à la pratique. Dans un premier temps il est nécessaire d’ajouter le dépôt InCloudUs afin d’obtenir le paquet kdump-install.

Kdump - Type de noyauKdump - Destination du core

La première fenêtre demande quel est le type de noyau actuellement utilisé. Si c’est le noyau Debian par défaut alors cela ne posera aucun problème par contre si le noyau utilisé est un noyau personnalisé (installé depuis les sources par exemple) alors il vous faudra configurer le fichier /etc/kdump-install/kdump-install.conf pour lui indiquer par exemple ou aller chercher le fichier de debug.

La seconde fenêtre demande ou doit être sauvegardé le core généré, trois méthodes (pour le moment) possibles :

  1. En local sur le disque dur (par défaut dans le répertoire /var/crash)
  2. Sur un serveur NFS dans le répertoire de votre choix
  3. Sur un serveur SFTP dans le répertoire de votre choix

Le choix par défaut est le premier. Si vous souhaitez utiliser la méthode SFTP alors il sera nécessaire de déployer la clé publique (de l’utilisateur root) du client sur le serveur qui recevra le core auquel cas un mot de passe sera demandé.

Une fois les paquets installés il suffit de lancer la commande kdump-install, le résultat est le suivant :

Output de kdump-install

Le serveur doit obligatoirement être redémarré pour que le noyau puisse démarrer avec le paramètre crashkernel=X@Y.

Voici à quoi ressemble le fichier /etc/default/kdump-tools en ayant choisi un noyau Debian par défaut ainsi que la méthode « local ».

On cra[sh|che] [le|sur] serveur

Le serveur redémarré, configuré aux petites oignons, kexec ayant chargé le module en mémoire, il ne reste plus qu’à faire crasher le serveur et sacrifier un poulet pour que ce dernier génère un core !

Une fois le serveur redémarré et si tout s’est correctement déroulé, vous devriez trouver un joli petit répertoire de ce genre YYYYMMDDhhmm dans /var/crash avec à l’intérieur un fichier dump.YYYYMMDDhhmm. Victoire \o/

Valide ou pas (le core)

Simple à savoir :

Résultat :

Le core généré est exploitable… Il ne reste plus qu’à l’analyser, have fun !

Liens

The following two tabs change content below.

Gaëtan Trellu (goldyfruit)

Cloud Operations Lead chez Ormuco
Autodidacte en informatique, depuis 2005 je parcours l’écosystème Unix à la recherche de nouvelles connaissances et de nouvelles rencontres.

CC BY 4.0 kdump-tools et kdump-install, par l’exemple… par Gaëtan Trellu (goldyfruit) est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution 4.0.